Accueil Revue de Presse Reportages Pierre MURGIER : le vin et les fruits à St Maximin
Pierre MURGIER : le vin et les fruits à St Maximin PDF Imprimer Envoyer
Pierre MURGIER a 85 ans, mais toujours le regard et l'esprit vifs, la mémoire aiguisée... Il a accepté de nous raconter quelques souvenirs de Saint-Maximin... il y a quelques années de ça.

 

Murgier-PierreJuste après la seconde guerre mondiale, le travail des champs était rude, même si l'on utilisait beaucoup les animaux, essentiellement des bœufs, animaux moins fragiles que le cheval, mais qui devaient tirer à deux. On les utilisait pour labourer, charrier le foin...Le problème, c'est qu'il fallait les dresser... Eh oui ! Rien que pour leur faire accepter de marcher à deux, de se faire passer la « Joucle », cette lanière de cuir qui permettait d'attacher le joug aux cornes. Mais, quand une paire de bœufs était bien dressée, elle savait labourer seule et revenir lorsqu'elle avait atteint le bout du champ. Ce n'est que beaucoup plus tard que l'on a vu arriver le premier tracteur, celui de M. RAMBAUD, avec des roues en fer !

Le père de Pierre, lui, avait aussi un cheval. Le cheval, c'était plus simple pour travailler, d'abord parce qu'il travaillait seul, et puis pas besoin de le dresser comme les bœufs ! En plus, il tirait la carriole, une magnifique carriole dans laquelle ils allaient, notamment, toutes les semaines, chercher sa sœur qui était en pension à Allevard.

Entre les deux guerres, il y avait beaucoup de vignes à St-Maximin. La production annuelle de la famille MURGIER était d'environ 100 hectolitres... Ce n'était pas rien ! Bien évidemment, ce n'était pas que pour la consommation personnelle... Le vin ne « titrait » pas beaucoup, à peine 8° les bonnes années, mais il avait cette acidité, nécessaire pour une bonne conservation. Du coup, le vin familial était acheté par des négociants qui le coupaient avec du vin du midi qui, lui, titrait plus, mais se conservait beaucoup moins bien.

Les vignes alternaient avec des bandes de terrain cultivées de 7 à 8 mètres de large. C'était une spécificité de St-Maximin : la vigne en « treilles ». Mais, plus tard, avecMurgier-Noelle l'apparition des tracteurs, on a arraché une treille sur deux pour pouvoir mieux passer et progressivement, depuis la fin de la guerre, on a arraché quasiment toutes les vignes.

Pendant leur activité, dans l'après-guerre, Pierre MURGIER et son épouse, Noëlle (86 ans), ont surtout produit des fruits. Rassurez-vous, même à leur âge, ils sont toujours actifs et n'ont pas le temps de s'ennuyer... Ils sont, comme beaucoup de retraités, plus actifs que les actifs !

 

Actualités

prev
next

Conseil municipal - 30 juin 2017 à 18 heures

Initialement prévue le mardi 20 juin 2017, la prochaine réunion du conseil municipal aura lieu vendredi 30 juin ...

Lire la suite

Délivrance des cartes d'identité

 Depuis 21 mars 2017, la commune de Saint-Maximin ne peut plus délivrer de cartes d'...

Lire la suite

Nouvelle trésorie pour la commune : Allevard

À compter de janvier 2017, la commune dépend de la trésorerie d'Allevard. Voici ses coordonnées : 10, ...

Lire la suite

Horaires d'ouverture au public

Mardi : 15 heures - 19 heures ; Jeudi : 9 heures - 12 heures ; Vendredi : 15 heures - 18 he...

Lire la suite

Permanence « Action sociale » - 1er jeudi du mois

Andrée Kiezer, adjointe au maire, responsable de la commission Vie sociale vous propose une permanence ...

Lire la suite

Déchets verts : feux interdits toute l'année

  Explications et réglementation sur les feux de déchets verts en Isère, interdits tout au long ...

Lire la suite

Vigilance Consommation d'eau

Vigilance Consommation d'eau potable   L'attention des habitants est attirée sur la nécessité de tenir informée la ...

Lire la suite

Lettre d'information


aj2l